Les Manuscrits de Tombouctou

mali

picture-alliance/abbaca

                       Les manuscrits de Tombouctou

Tombouctou.
 
La ville du bout du monde. La ville aux 333 saints.
 
Le mythe entourant cette ville du Mali est si bien ancré que certains doutent même de son existence !  Classée patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco, cette communauté malienne regroupe environ 32000 habitants près du fleuve le Niger.carte_mali_poli_200
 
Interdite aux chrétiens, les récits des voyageurs arabes du Moyen Âge ont nourri largement le mythe entourant cette ville. D’où le prix offert par la Société de géographie de l’Europe au premier voyageur du continent à atteindre Tombouctou. René Caillié recevra cet insigne honneur en 1828.
René Caillié

René Caillié (Photo credit: Wikipedia)

 
 Mais saviez-vous que Tombouctou, aussi surnommée « la  perle du désert » recelait un véritable trésor confiné dans des mausolées  de la ville ? Plus de cent mille manuscrits de la période impériale ouest-africaine y sont confinés. Certains remontent même au XIIe siècle soit la période préislamique. Ces écrits anciens contiennent une connaissance très diversifiée : sciences, religion, commerce, l’astronomie, la musique, la botanique et même le droit. Certains documents rapportent même un brin d’histoire du Soudan du XVe siècle. Rédigés sur différents supports, on retrouve les écrits historiques sur des omoplates de chameau, peau de mouton, parchemin ou même du papier d’Orient. Une véritable richesse de l’humanité à protéger.
 
 
 Mais voilà le problème : une guerre civile fait rage présentement au Mali. Des forces djihadistes affrontent les forces maliennes sans compter les armées de la communauté internationale. Il faut à tout prix protéger ces documents historiques de la destruction. Les précieux documents sont en danger et le plus grave est que les scientifiques commençaient à peine à déchiffrer les manuscrits. Une partie des manuscrits ont été détruits par la guerre.  L’opération sauvetage se nommera donc «le Projet Manuscrit de Tombouctou».
 
Mais les bibliothécaires de la ville ont prévu le coup. Une bonne partie de cette richesse a déjà quitté les murs des bibliothèques et mausolées. Les méthodes employées pour cacher ces archives demeurent archaïques : sous le manteau, dans des sacs de riz, sur des charrettes et même des 4 x 4. Mais on a craint par-dessus tout est la possibilité de voir disparaître à tout jamais les documents aux mains de personnes mal intentionnées. Inutile de dire que les manuscrits représentent une belle valeur sur le marché.
L’Unesco s’est inquiétée.  Déjà la perte de certains parchemins est inqualifiable.
 
Mais voici que j’apprends que plus de 90 % du précieux matériel a été sauvé et transféré vers Bamako. On aurait commencé à numériser le matériel mais une tâche collossale attend les archivistes. On peut maintenant respirer.
 

Follow my blog with Bloglovin

Publicités

10 réponses à “Les Manuscrits de Tombouctou

  1. Merci Gaëtan pour ce très intéressant résumé de la situation. Si ça peut être utile, je suis disposée à en cacher une partie sous mon lit.

  2. Louis Helstroffer

    Depuis peu retraité, j’ai eu la bonne surprise de découvrir votre site. Merci de nous résumer ce tourbillon d’informations que nous captons à longueur de journée. J’ai lu que le bibliothécaire en chef avait lui-même transféré les manuscrits, alors que les djihadistes étaient aux portes de Tombouctou. Continuez votre bon travail. Au plaisir de vous lire.

    • Merci Louis de ce commentaire fort encourageant ! Qu’il est bon de savoir que nos écrits plaisent aux lecteurs et cela me stimule <a devenir encore meilleur ! Merci de me lire Louis. Au plaisir.

  3. Salut Gaëtan, comme d’habitude, toujours de très bons articles!
    Ces manuscrits sont vraiment un trésor de l’humanité, combien déjà ont succombés aux affres du temps, et combien d’autres disparurent au cours des guerre successives?
    Si le lit de suzanne n’est pas assez grand, je suis disposé à en entreposer une partie sous le miens (hormis les os gravés, car mon chien qui n’a rien d’un historien aurait vite fait de se faire les crocs dessus).
    Les historiens qui étudient ces manuscrits prennent des risques allant de la mort à la mutilation pour les plus chanceux:
    http://bcove.me/1plea0xn

  4. super intéressant je suis africain et je n’en savais autant sur le sujet avant ma lecture du courage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s