Le clonage des espèces disparues: l’éthique de la science mise à mal

mammouth-laineux-Le-Jardin-Des-Animaux

Un énorme barrissement surgit de la pièce du fond. Pris par surprise, l’équipe se bouscula vers la fenêtre sans tain. Ça y est ! C’est le moment.

Henrietta, l’éléphante de 17 ans s’apprêtait à mettre bas. Le pachyderme sentait bien la fébrilité qui existait de l’autre côté du mur. Seule dans une pièce à l’atmosphère contrôlée, la femelle terminait une gestation qui semblait bien différente aux précédentes.

Au terme de plusieurs efforts, le mastodonte éjecta finalement ce qui ressembla d’abord à une grosse boule de poils longs et drus. Un liquide visqueux se répandit sur le plancher froid.

Médusés, les scientifiques observaient la scène avec attention. La mère, à bout de force, se tourna vers son rejeton lentement. Un long silence. Henrietta observa longuement son nouveau-né. Sans comprendre vraiment.

Une fois sur ses pattes, la morphologie ce dernier se démarquait nettement de sa mère. Front haut et proéminent, longs poils d’apparence laineuse, courbure accentuée du dos, le petit n’avait rien de la mère.

« Nous avons réussi ! »

En effet, ils avaient réussi. L’équipe d’experts venaient d’assister à la première naissance du mammouth laineux par clonage. Une première mondiale.

Utopie ? Fantaisie scientifique ?

Non.

La scène décrite ici pourrait très bien se dérouler d’ici 2018.

Une expédition de la Société géographique de Russie vient de mettre la main sur une carcasse de mammouth femelle âgée de 60 ans. Outre le fait d’être la première femelle mammouth découverte, rien d’exceptionnel jusque là. Ce qui rend cette trouvaille exceptionnelle est le sang imprégné dans les tissus de la carcasse. Et ce malgré des températures extrêmes. Or voilà la chance pour la science de faire renaître ce mastodonte aux grandes défenses d’un passé vieux de 10 à 15000 ans.

sang-mammouth

« Quand nous avons percé la glace sous son ventre, du sang a coulé, très foncé. C’est le cas le plus étonnant que j’aie vu dans ma vie », raconte Semen Grigoriev, le chef de l’expédition, « Comment le sang a-t-il pu rester liquide? Il n’a pas moins de 10.000 ans! Et les tissus musculaires étaient rouges, de la couleur de la viande fraîche. »

Sommes-nous à l’aube d’un véritable « Parc Jurassique ? »

La question mérite d’être posée. Car les scientifiques ont déjà identifié 24 espèces disparues qui mériteraient une seconde chance de vivre ! Parmi celles-ci, on dénombre le fameux dodo, le tigre de Tasmanie, l’ours à face courte et même l’homme de Néanderthal !

dodo-raphus-cucullatus_1144_w460

Qu’en est-il des grandes théories de Darwin ? Le grand concept de l’évolution engage nécessairement la disparition d’espèces. C’est l’ordre universel. Voilà que l’homme se propose de modifier ce concept. Quel sera les conséquences de ces manipulations ?

Je reconnais que de revoir une telle créature aujourd’hui serait pour le moins fantastique. Et le mot n’est pas fort. Mais à quel prix ?

Je pense ici aux dérapages possibles: jusqu’où iront-ils ? Où s’arrêtera la machine ? Que fera-t-on si l’ADN disparaît par la faute de terroristes devant l’appât du gain ? Que fera-t-on si une créature s’enfuit dans la nature et chamboule l’écosystème ? Et si on voulait faire revivre Lénine, Hitler ou Mussolini ?

Est-il moralement, éthiquement correct de tenter une telle expérience ?  Je ne crois pas. Je crois à l’évolution de l’Univers sans pour autant ne pas faire le maximum pour empêcher d’autres espèces de disparaître.

Il y va de notre responsabilité.

 

Publicités

10 réponses à “Le clonage des espèces disparues: l’éthique de la science mise à mal

  1. je suis d’accord avec toi, …ça n’a jamais rien amené de bon ….rien que déplacer des espèces d’un continent à l’autre a fait de terribles dégâts ,,si les mamouths ont disparus c’est qu’il y a une raison …laissons les choses à leur place ,ne remuons pas ce que nous ne pouvons gerer apres…

  2. c’est à la fois extraordinaire et inquiétant , l’homme joue une fois de plus au magicien sans en mesurer les conséquences ,l’équilibre de notre planète est déjà tellement fragile .

    • Tout à fait d’accord avec vous Isa ! C’est comme quelqu’un devant un nouveau jouet qu’il veut acquérir à tout prix et qu’il ne constate les conséquences qu’après l’avoir obtenu !!
      N’est-ce pas un peu l’histoire humaine et ses bêtises ??
      Merci de me suivre Isa et de me lire. Sachez que j’apprécie vraiment.

  3. En effet, la tentation première serait de voir naître un mammouth, et par extension pourquoi pas, un smilodon ou un rhinocéros laineux ?
    Mais au final, à quoi bon n’en créer qu’un seul se dirait-on ? Et puis pourquoi? Simplement pour satisfaire notre égo créateur ?

    Il faut je pense laisser au temps ce qu’il a séparé des hommes, il y a pour chaque espèce une rigueur de vie et d’environnement, si certaines espèces ont disparues, c’est soit parce que la nature le leur a imposée, soit parce que dans la lutte pour la survie, ils n’ont pas su s’adapter.

    Leur redonner naissance pour les parquer dans des zoos, je ne vois là aucun intérêt sinon celui de grands groupes médicaux qui feraient fortune et seraient tentés d’adapter ces évolutions prouvées au génome humain.

    • Très juste Steve ! Ma crainte au-delà de toute cette machine, c’est qu’on lorgne déjà le Néanderthal !!! Imagine ! Et puis après ? Ce serait un méchant bouleversement dans la chaîne alimentaire que de voir tous ces monstres réapparaître. Payant pour un cirque mais ensuite ?
      Quand apprendra-t-on de nos erreurs ?
      Merci de ton assiduité Steve, fidèle partenaire d’outre-Atlantique ! 🙂

  4. Pingback: Le clonage des espèces disparues: l’éthique de la science mise à mal | Les infos de Lo

  5. Pingback: Le clonage des espèces disparues: l’éthique de la science mise à mal | Lophotographie

  6. Un très bon article!
    Je pense que faire renaître des espèces comme le mammouth est un évènement qui pourrait nous permettre d’avancer d’un point de vue scientifique, comme par exemple en poussant plus loin et en trouvant en core plus de réponses sur le mécanisme de l’évolution. Bien sûr je pense que toutes ces manipulations doivent être extrêmement raisonnables et ultra-protégées pour ne pas faire face à une catastrophe irréparable!
    Niveau moral et éthique, appliqué cette technique pour faire réapparaître notre ancêtre qu’est le Néanderthal serait juste horrible, surtout si celui-ci « servirait » simplement de support de recherche(ce qui est inévitable si cela devait arriver)!

    • Merci Mister Kev !
      Je partage votre opinion sur plusieurs points. Néanmoins, devons-nous faire confiance à l’éthique humain dans une telle démarche ? Permettez-moi d’être craintif. Toute avancée de la science est un pas fantastique tant et aussi longtemps que la direction de ce pas ne nous amène pas en enfer !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s